Le thème du vélo dans la campagne présidentielle

Si les candidats à l’élection présidentielle sont assez fréquemment questionnés sur leur vision de l’écologie, et leur stratégie en termes de transition écologique, le vélo est le grand absent des débats.

Pourtant, et nous portons cette ambition au quotidien chez VIRAJ : c’est le ou la chef qui doit montrer l’exemple !

C’est pour cela que nous avons décidé de décrypter dans cet article les positions des différents candidats sur le sujet. 

Anne Hidalgo

L’engagement d’Anne Hidalgo sur la pratique du vélo est de notoriété publique : elle insiste régulièrement, en tant que Maire de Paris, sur l’importance du vélo pour la capitale, avec un objectif : faire de Paris une ville 100% cyclable.

Pour ce faire, elle a présenté un plan vélo de 250 millions d’euros en 2021 (contre 150 millions entre 2015 et 2020).

Au programme : 

      • La création de grands axes de pistes cyclables 
      • La pérennisation des coronapistes 
      • Des nouvelles places sécurisées 
      • Des carrefours à la hollandaise (avec des voies réservées aux vélos et piétons)

Anne Hidalgo se prête régulièrement au jeu de la photo à vélo pour montrer l’exemple, comme en 2020 où, à la sortie du confinement, elle avait fait un tour de Paris à vélo sur les pistes temporaires. 

Pour ce qui est du programme présidentiel, Anne Hidalgo reste assez vague sur la question du vélo, en insistant plutôt sur la place des véhicules électriques et du ferroviaire dans la mobilité du quotidien. 

On espère continuer à la voir défendre le vélo comme transport décarboné du quotidien, qui n’est pas qu’un sujet municipal ! 

Yannick Jadot

Yannick Jadot a récemment présenté son programme, et dans le projet des écologistes pour 2022, la part belle est faite au vélo dans la mobilité du quotidien.

Entrons dans le détail, avec quelques éléments du programme :

  • Soutien aux collectivités qui proposent la gratuité des transports en commun, grâce à une TVA à 5.5% sur les transports publics et une augmentation des dotations pour accompagner les tarifications sociales.
      • Un “plan vélo et mobilités actives” figure également au programme : réparation des discontinuités cyclables et piétonnes, développement des véloroutes, investissement dans le vélo made in France.
      • Augmenter de 500 millions d’euros par an le fond vélo 
      • Chaque jeune se verra prêter un vélo réparé ou de fabrication française s’il le souhaite
      • Rendre obligatoire le forfait mobilité durable : 1000€/an/salarié (objectif de rendre le covoit gratuit)

Si le programme de Yannick Jadot entre dans les détails sur la politique vélo, nous attendons de le voir à vélo lors de cette campagne, pour montrer l’exemple à son tour !

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise ont un programme, “L’Avenir en Commun” qui présente l’avantage d’être relativement détaillé : observons alors ce qui est dit sur les transports du quotidien ! 

      • Repenser la mobilité individuelle en ne supprimant pas les petites lignes ferroviaires ; en développant les usages partagés de la voiture et les mobilités douces 
      • Transports alternatifs, tarifs solidaires voire gratuité et mesures d’accompagnement pour les transports en commun. 

Comme pour Yannick Jadot, nous attendons de voir Jean-Luc Mélenchon enfourcher son vélo pour aller mener sa campagne, et en profiter pour détailler ses mesures pour favoriser la pratique quotidienne du vélo !

Eric Zemmour

Eric Zemmour ne semble pas vraiment favorable au déplacement à vélo. Il est plutôt engagé dans la défense des intérêts des automobilistes, y compris dans les zones urbaines. On peut donc lire, dans son “Programme automobilistes” les mesures suivantes : 

      • Mettre fin à toute interdiction de circuler en ville en fonction du type de véhicule (Zones à faibles émissions métropolitaines) 
      • Revenir à la limitation de vitesse à 50km/h en ville, sauf zones spécifiques (école, hôpitaux)
      • Rendre obligatoire le remboursement par les entreprises de 50% des frais de carburants de leurs salariés pour leur trajet domicile-travail, dans la limite de 40€ par mois et s’il n’existe pas d’alternatives de transport en commun 
      • Désenclaver les bourgs pas une offre locale d’accès aux transports en commun routiers.

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse, dans sa fonction de Présidente de la Région Ile de France, comme dans sa candidature à la présidence de la République prend des engagements forts sur la thématique des transports. 

Pour son programme 2022 : 

    • Remplacer les transports en commun fonctionnant au diesel par des transports propres

    • En 2035, plus aucun véhicule neuf ne consomme d’énergies fossiles (voitures, camions, cars, bus, trains, deux roues, bateaux, petits avions)
    • Développer les bornes de recharges et les filières industrielles françaises de production de tous les modes de transport électriques 

La présidente de la Région Île de France n’est pas en reste, affirmant en 2021 vouloir faire de l’Ile de France “la première région française du vélo”. Si elle s’affiche régulièrement sur son vélo, elle a également mené plusieurs actions : 

    • RER Vélo : l’Île de France met en place un réseau d’axes cyclables qui doit traverser la région à partir de 2025. A noter, le projet a été récompensé par 2 prix Talents du vélo en décembre par le Club des villes et territoires cyclables. 
        • 21 lignes (12 en 2025)
        •  9 itinéraires de 680km
        • 300 millions d’euros investis pour la Région jusqu’en 2025
        • 100 collectivités territoriales associées 
    • Véligo : le service de location de vélos électriques longue durée a été mis en place par Ile-de-France Mobilités. 
    • Des parkings vélo Véligo gratuits pour les abonnés Navigo pour favoriser l’intermodalité
    • Une prime régionale de 500 euros pour l’achat d’un vélo électrique 

Un engagement que l’on salue donc pour les actions menées en tant que présidente de Région. Mais comme pour Anne Hidalgo, nous attendons des prises de position dans sa campagne présidentielle, car le vélo n’est pas qu’une thématique pour les collectivités territoriales !

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s’est affiché quelques fois à vélo au cours de son mandat : en visite à Copenhague en 2018 avec le Premier ministre danois (pour rappel, à Copenhague, 40% des trajets quotidiens s’effectuent à vélo), en balade au Touquet avec Brigitte Macron. 

Montrer l’exemple (même à l’étranger), c’est essentiel ! Mais dans le concret ? 

      • 850 millions d’euros sur l’ensemble du quinquennat (600 millions du fond mobilité actives et des certificats d’économies d’énergie + 250 millions dans le plan de relance)
      • Augmentation de 30% de déplacements à vélo depuis 2019 (dans lesquels il faut également prendre en compte les effets de la crise sanitaire et du confinement)
      • Hausse de 30% des linéaires de pistes cyclables et de voies vertes en France 
      • Coup de pouce vélo” avec un chèque de 50€ pour réparer un vélo qui a permis de réparer 2 millions de vélos 
      • Des avancées à confirmer : le forfait mobilité durable est encore loin d’être généralisé, et l’objectif de passer de 3% à 9% des déplacements quotidiens à vélo en 2024 semble encore très éloigné

Le Président, désormais officiellement candidat à sa réélection n’a pour l’heure pas présenté son programme dans le détail, et nous sommes dans l’attente de ses positions sur les transports et le vélo. À suivre !

Marine Le Pen

Nous n’avons pas trouvé de mesure en faveur des mobilités douces dans son programme. Comme Eric Zemour, ses propositions semblent tourner avant tout vers les automobilistes. Elle propose par exemple de baisser les taxes sur les carburants (TVA et taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques).

    Jean Lassalle

    Jean Lassalle est plus connue pour la marche que le vélo : en effet en 2013, il s’était lancé dans un tour de France, plus de 5000km démarche pour rencontrer les Français. Son surnom du « député qui marche » évoluera-t-il en « candidat à vélo » ?

    Pour l’instant, rien à noter dans son programme, disponible sur son site qui n’évoque pas la question des transports du quotidien. Nous attendons la suite de la campagne est espérons en savoir un peu plus sur le projet de Jean Lassalle sur les transports et notamment le vélo ! 

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.